INTERVIEWS

Interview to Marilyne Bissonnette

Marilyne Bissonnette is a Canadian sculptor who is particularly interested in the behaviour of human beings when they get in touch with the group. Through the influence of society, we receive and transmit a cultural baggage that passes from generation to generation and that guides our lives. Through her sculptural work she makes us question the belief system in which our individuality is integrated and find a form of expression that makes us feel unique.

De gauche, de droite, 2019, acrylique, plâtre et bois, 48’’ par 30 ‘’ par 3,5’’

1.- How does it feel to be an artist in Montreal?

Montreal is brimming with festivals, venues and artistic initiatives that allow artists to explore many aspects of their work. Also, there is a beautiful artistic community, it is a creative and open-minded city.

2.- I came across your art through the Galerie AVE, which is dedicated to the presentation and promotion of emerging visual arts. What do you think of the work of this gallery?

I think Galerie AVE’s director, André Masson, is an art enthusiast who wants to allow young artists to exhibit in a professional place with all the necessary support, while allowing them to express their uncertainties. This kind of gallery is very rare and we need more!  This experience was very beneficial to me and the support it provided helped me push my artistic audacity further.

Vue d’ensemble de l’exposition Ralliement, présenté à la maison de la culture de Rosemont-la Petite-Patrie du 1 novembre au 17 décembre 2019

3.- Tell us about your mission as a guide artist at Les Impatients. How is it possible to help people with mental health problems through artistic expression?

My job as a guide artist for Les Impatients consists in giving art workshops to people with bipolar, schizophrenia, depression, anxiety or any other mental illness.

These workshops are given in magnificent places such as the Joliette Art Museum or the Diane Dufresne Art Center, which are particularly welcoming places. In these workshops, I offer people with such disorders the chance to express themselves without judgment, to explore different themes in art history and contemporary art. They develop their artistic worlds just like a professional artist would do in their studio. It allows them to come out of isolation, to feel valued and to find other ways to express themselves. I love this job because it is filled with humanity, compassion and care. I sincerely believe that creativity is within everyone’s reach and that art can change lives.

L’attache, 2019, plâtre, 6” par 5” par 4,5”

4.- What are you trying to convey through your sculptures?

I want people to question the notions of singularity and belonging, which binds us to a group or a belief system. I also want to talk about innate and learned, nature and culture, discipline and chaos. My sculptural paintings evoke the inclusion and exclusion of which we are victims or witnesses. They also evoke our social relationships, our routines, our contemporary rituals which lets us believe that everything is calculated or classified. I try to evoke the collective aspect that binds us and talk about our relationships with each other.

5.- Jaume Plensa is one of the Spanish sculptors of international importance. Who are your benchmark sculptors?

As a Montreal artist, I really like Valérie Blass. Otherwise, I like the works of minimalist or conceptual sculptors, such as Sol Lewitt, who organizes his sculptures in a very cerebral manner, but which give us very strong emotions.

6.- The manifestation of people is one of the subjects that you deal with the most in your sculptures. Why do you find it so interesting?

Crowds have always fascinated me, although I don’t particularly like being part of it. I find that in a crowd, our behavior modulates to blend with that of others, and we lose a little of our individuality, in favor of collective sharing. I think our society has never allowed us to be this alone. Paradoxically, there are more and more of us in cities, on earth. We are collective beings, we live in groups and depend on each other to survive. It has been part of our nature since the beginning of time. I find that sometimes we tend to forget what binds us at the expense of what separates us.

Sa place, 2019, acrylique, plâtre et bois, 14’’ par 11’’ par 3’’

7.- How do you think the group affects our behavior?

The group influences us by its cultural background, whether by our ancestors, our customs or rituals from our various beliefs. The group also affects us immediately, with fashions, new technologies and artistic innovations. The group can also affect us more intimately, through our friends, our work colleagues etc. All of these influences add to or even transform who we are. The way we act and understand the world is largely linked to what others have done before us and passed on to us. Take for example language, or waving to say hello. It seems normal to us, but they are the heritage of the collective which preceded us. We are therefore all part of the same group, which are constantly transformed by the members who inhabit it.

Caucus, 2019, acrylique, plâtre et bois, 38” par 20” par 10”

8.- With globalization, societies are more and more plural, but people’s behavior is more and more homogeneous. Do you think cultural diversity is in danger?

I think it is in transformation. I think that every culture evolves very quickly and that with openness and migration, there are “hybrid” cultures that are created. I think that the heritage which precedes us is very vast and cannot be forgotten or ignored very easily. I also think that cultures communicate, get closer and that we become aware of our similarities, while we have a lot of focus on our differences. I think that our diversity is in a way a force, which can make us learn a lot from others and I hope that this will be taken as an asset, and not a problem in our societies.

Catagenèse, 2019, acrylique, plâtre et bois, 38’’ par 38’’ par 3’’

9.- You use various animals in your sculptures. Do you want to reflect different personalities with them?

Yes, they often evoke links with human characteristics, from their way of positioning, their fragility, their strength, their influences on each other or their rituals and routines that occupy their daily lives. I think we have a lot in common with other animal species. Our instincts are not that far away and we can learn a lot about ourselves by watching them.

La cache, 2019, acrylique, plâtre et bois, 30” par 30” par 3”

10.- In Spain, the National Sculpture Museum is located in Valladolid. What is the most important sculpture museum in Canada?

I can not say, because I have not visited them all, but the one I admire very much is the Musée de Beaux art du Québec, located in Quebec City. They have a good variety of exhibitions. They don’t forget the local artists while opening the door to international artists as well. Also, they allow emerging artists, who may not have the experience to have an exhibition, to make and exhibit spontaneous projects. This indicates great mind-openness.

I also like the Joliette Art Museum. I know it very well as I work there. I think it is a very bold and open-minded museum. Its programming is always surprising and they are deeply rooted in the community and want to make a difference through art, which is not always the case with all museums.

Thank you very much for giving me an interview for The Biombo. I wish you much success in your artistic career, Marilyne.

Entrevue à Marilyne Bissonnette

Marilyne Bissonnette est une sculpteure canadienne qui s’intéresse particulièrement au comportement humain lorsqu’il entre en contact avec le groupe. Grâce à l’influence de la société, nous recevons et transmettons un bagage culturel qui passe de génération en génération et qui guide nos vies. À travers son travail de sculpture, elle nous fait remettre en question le système de croyances dans lequel notre individualité est intégrée et trouver une forme d’expression qui nous fait nous sentir uniques.

1.- Comment ça fait d’être une artiste à Montréal?

Montréal déborde de festivals, de lieux de diffusion et d’initiatives artistiques qui permettent aux artistes d’explorer plusieurs aspects de leur travail. De plus, il y a une belle communauté artistique, c’est une ville créative et ouverte d’esprit.

2.- J’ai découverts tes oeuvres d’art à travers la Galerie AVE, qui est dévouée à la présentation et à la promotion des arts visuels émergents. Que penses-tu du travail de cette galerie?

Je pense que son Directeur, André Masson, est un amoureux des arts qui tient à permettre aux jeunes artistes d’exposer dans un lieu professionnel avec tout le soutien nécessaire, tout en leur permettant d’exprimer leurs incertitudes. C’est très rare, ce genre de Galerie, nous en aurions besoin davantage! Cette expérience m’a été très bénéfique et son appuie m’a aidé à pousser mon audace artistique plus loin.

3.- Parle-nous de ta mission en tant qu’artiste guide à Les Impatients. Comment c’est possible d’aider les personnes ayant des problèmes de santé mentale par le biais de l’expression artistique?

Mon travail d’artiste guide aux Impatients consiste à donner des ateliers d’art à des personnes bipolaire, schizophrène, souffrant de dépression, d’anxiété ou tout autres maladies mentales.

Ces ateliers sont donnés dans des lieux magnifiques comme le Musée d’art de Joliette ou le Centre d’art Diane Dufresne, qui sont des lieux de diffusion particulièrement accueillants. Dans ses ateliers, je donne la chance à ces gens de s’exprimer sans jugement, d’explorer différents thèmes de l’histoire de l’art et d’art contemporain. Ils développent leur univers artistique comme un artiste professionnel peut le faire dans son atelier. Ça permet à ces gens de sortir de l’isolement, de se sentir valoriser et de trouver d’autres façons de s’exprimer. J’adore ce travail, car il est rempli d’humanité, de compassion et d’entraide. Je pense sincèrement que la création est à portée de tous et que l’art peut changer des vies.

4.- Qu’est-ce que tu cherches à transmettre à travers tes sculptures?

Je souhaite que les gens s’interroge sur les notions de singularité et d’appartenance, celle qui nous lie à un groupe ou à un système de croyance. Je souhaite également parler d’innée et d’acquis, de nature et de culture , de discipline et de chaos. Mes tableaux sculpturaux évoquent l’inclusion et l’exclusion  dont nous sommes victimes ou témoins. Ils évoquent  également nos rapports  sociaux, nos routines, nos rituels contemporains qui nous laisse croire que tout se calcule ou se classe. Je cherche à évoquer l’aspect collectif qui nous lient et parler de nos rapports les uns aux autres.

5.- Jaume Plensa est un des sculpteurs espagnols d’importance internationale. Qui sont tes sculpteurs de référence?

J’aime beaucoup, comme artiste montréalais, Valérie Blass. Elle utilise l’assemblage d’objets qui viennent dénaturer, souligner et re questionner notre rapport au corps et aux objets. Sinon, j’aime les oeuvres de sculpteurs minimalistes ou conceptuels, tel Sol Lewitt, qui organise ses sculptures de manière très cérébrale, mais qui nous procurent des grandes émotions.

6.- La manifestation des personnes est l’un des sujets que tu traites le plus dans tes sculptures. Pourquoi suscite-t-il autant d’intérêt pour toi?

Les foules m’ont toujours fascinés, bien que je n’aime pas particulièrement en faire partie. Je trouve qu’au sein d’une foule, notre comportement se modulent pour se marier aux autres, et nous perdons un peu de notre individualité, au profit d’un partage collectif. Je pense que notre société ne nous a jamais permis d’être aussi seule. Paradoxalement, nous sommes de plus en plus nombreux dans les villes, sur terre. Nous sommes des êtres collectifs, nous vivons en groupes et dépendons les uns des autres pour survivre. Cela fait partie de notre nature depuis le début des temps. Je trouve que parfois on  tendance à oublier ce qui nous lient au détriment de ce qui nous sépare.

7.- Comment est-ce que tu penses que le groupe affecte notre comportement?

Le groupe nous influence par son bagage culturel, que ce soit par nos ancêtres, nos coutumes et rituels issues de nos divers croyance. Le groupe nous affecte également dans l’immédiat, avec les modes, les nouvelles technologies et les nouveautés artistiques. Le groupe peut également nous affecter plus intimement, par nos amis, nos collègue de travail etc. Toutes ces influences s’ajoutent ou même transforment qui nous sommes. Notre manière d’agir et d’appréhender le monde est en grande partie lié à ce que les autres ont fait avant nous et nous ont transmis. Prenons par exemple le langage, ou encore un signe de la main pour dire bonjour. Cela nous paraît acquis, mais ce sont des héritage des groupes qui nous ont précédé. Nous faisons donc tous parties d’un même groupe, qui se transforment constamment par les membres qui l’habitent.

8.- Avec la mondialisation, les sociétés sont de plus en plus plurielles, mais les comportements des gens sont de plus en plus homogènes. Est-ce que tu penses que la diversité culturelle est en danger?

Je pense qu’elle est en transformation. Je pense que chaque culture évolue très rapidement et qu’avec l’ouverture et les migrations , il y a des cultures ‘’hybrides’’  qui se crée.  Je pense que le bagage qui nous précèdent est très vaste et ne peut s’oublier ou s’ignorer très facilement. Je pense aussi que les cultures communiquent, se rapprochent et que nous prenons conscience de nos similitudes, alors que nous avons beaucoup focuser sur nos différences. Je pense que notre diversité est en quelque sorte une force, qui peut nous faire apprendre beaucoup des autres et j’espère que celle-ci sera prise comme un atout, et non un problème dans nos sociétés.

9.- Tu utilises divers animaux dans tes sculptures. Est-ce que tu veux refléter différentes personnalités avec eux?

Oui, ils évoquent souvent des liens avec des caractéristiques humaines, de part leur manière de se positionner, leur fragilité, leur force, leur influences les uns sur les autres ou leur coutumes, rituels et routines qui occupent leur quotidien. Je pense que nous avons beaucoup en commun avec les autres espèces animals. Nos instincts ne sont pas si loin et nous pouvons apprendre beaucoup sur nous en les observant.

10.- En Espagne, le Musée National de la Sculpture est situé à Valladolid. Quel est le plus important musée de sculpture au Canada?

Je ne peux dire, car je ne les ai pas tous visité, mais celui que j’admire beaucoup est le Musée de Beaux art du Québec, situé dans la ville de Québec. Il varient bien ses expositions. Il n’oublient pas les artistes d’ici tout en ouvrant la porte aux artistique international. De plus, il permet à des artistes actuels, qui n’aurait peut être pas l’expérience pour y avoir une exposition, de faire des projets spontanés. Cela dénote un grande ouverture.

J’aime aussi le Musée d’art de Joliette. Je le connais très bien comme j’y travaille, mais il est très audacieux et ouvert d’esprit. Sa programmation est toujours surprenante et ils sont très ancrés dans la communauté et veulent faire une différence par l’art, ce qui n’est pas toujours le cas de tous les musées.

Merci beaucoup de m’avoir accordé une interview pour The Biombo. Je te souhaite beaucoup de succès dans ta carrière d’artiste, Marilyne.

http://www.marilynebissonnette.com/

Posts relacionados

Añadir comentario

Newsletter